Depuis des années, on entend parler d’interprofessionnalité dans le monde des métiers du conseil et plus particulièrement dans celui de l’expertise-comptable. Le temps passe et les pratiques restent marginales…
Cependant, ces dernières années, un frémissement se fait sentir, notamment grâce à l'impulsion de la nouvelle génération et des « digital natives ». Convaincus que l’automatisation des tâches permettra d’assurer le traitement des questions les plus simples, ces derniers misent sur le véritable enjeu pour l’avenir de nos métiers : un conseil adapté et avec une forte valeur ajoutée.

De plus, la loi « Macron » a instauré la pluriprofessionnalité d’exercice, ce qui place l’expert-comptable au centre de la relation et du modèle relatif à l’interprofessionnalité. L’ordonnance du 31 mars 2016 ainsi que son décret d’application paru au Journal officiel le 1er avril 2016, permet donc de connaître les règles du jeu applicables aux sociétés pluriprofessionnelles d’exercice (SPE). Cette loi vient traduire l’évolution normale du marché face à la libéralisation des métiers du conseil, d’une part, et face aux risques « d’ubérisation » des missions traditionnelles, d’autre part.

L’expert-comptable, conseil quotidien du chef d’entreprise, doit saisir l’opportunité qui se présente pour être un acteur central dans le développement d’un réseau de partenaires afin d’apporter les réponses adaptées.

L’interprofessionnalité n'est pas un enjeu de demain, c'est un sujet d'aujourd'hui !
À chaque étape de la vie d'une entreprise (création, développement et transmission) notre client aura besoin de conseils spécifiques et nécessitants des compétences multiples.
Toutefois, avant de remplir son rôle de chef d'orchestre et de rassembler notaire, avocat, conseiller en gestion de patrimoine et autres professionnels, l’expert-comptable doit d'abord être en capacité de détecter des besoins, souvent mal formulés ou exprimés de manière implicite par les clients.
Une fois le besoin détecté, il faudra veiller à ne pas tomber dans le piège de la réponse immédiate.
En plus de banaliser le conseil, et donc le rendre difficilement facturable, cette forme de réponse expose l'expert-comptable à l'insatisfaction de son client car sans analyse approfondie, et sans l'expertise des différents spécialistes, certains détails pourraient être omis. Or, chacun le sait : le diable se cache dans les détails...

Enfin, il convient de garder à l'esprit que l’interprofessionnalité ne se décrète pas, elle s'organise !
Même si chacun a son domaine de compétence et se spécialise dans le traitement de certaines problématiques, il y a tout de même quelques missions sur lesquelles les différents professionnels peuvent être en concurrence. Par conséquent, il convient de définir le « qui fait quoi » avant de se réunir pour éviter les éventuelles « collisions » entre professionnels.
Lorsque les règles sont bien définies, chacun y gagne et cela se traduit par un accroissement de la valeur ajoutée du conseil donné à nos clients.

L’ensemble de ces problématiques seront débattues au cours de notre table ronde pour que vous puissiez très concrètement pratiquer l’interprofessionnalité au quotidien pour le meilleur bénéfice de vos clients.

Intervenants :

Eva de Freitas, expert-comptable
Maxime Chiche, Expert & finance